Les Mégalithes

Monument mégalithique : le Dolmen

Le mot "Dolmen" vient également du Breton :

 

 

           DOL = TABLE   et     MEN =  PIERRE

 

Voici la définition donnée par le préhistorien Roger JOUSSAUME :

   "Le Dolmen est un monument le plus souvent mégalithique, formé d'une ou plusieurs chambres rondes ou polygonales, couvertes par une ou plusieurs dalles de pierre ou par un toit en encorbellement. Il abritait frequemment des sépultures collectives et, il est inclus dans un tumulus". 

Dolmen de type angevin

 

Nous faisons maintenant la description des dolmens par un type de monument qui est toujours très impressionnant par ses proportions et sa tendance au gigantisme. Ce sont les dolmens dit de type Angevin parce qu'ils se trouvent en général en Anjou, particulièrement dans le Saumurois. Ces dolments sont très simples : ils comportent une grande chambre carrée ou rectangulaire, couverte par d'énormes dalles et précédée d'un portique étroit et bas. Ce portique est l'élément le plus caractéristique de ce type de monument, il est trilithe, formé de deux supports soutenant une table horizontale unique. Voici quellques exemples :

 

  • Le Dolmen Bagneux, situé en pleine agglomération
  • le Dolmen de Mettray, situé à 10 km au nord de Tours
  • Le Dolmen de la Frebouchère, situé en Vendée
  • La Roche aux Fée, situé à Essé, au sud-est de Rennes

 

Ce sont certainement les plus grands et les plus impressionnants monuments mégalithiques de France. Avec eux, c'est achevé l'évolution de l'architecture mégalithique en France

(Extrait des "Mégalithes et sépultures mégalithiques" par le Docteur Roger)

Lire la suite

CEUX QUI EN ONT PARLE

Voici ce qu'écrivait en 1839 J. Ampère, un archéologue-littérateur  :

 

"Ces monuments (druidiques) avaient ils tous la même destination ? Il est bien certain que d'autres se rapportaient au culte et particulièrement aux sacrifices humains. Ainsi, le dolmen des environs de Saumur, au pied duquel on a trouvé un squelette avec un couteau de pierre dans le flanc, n'était probablement pas sans rapport avec ces affreux sacrifices (J.J.Ampère, Histoire littéraire de la France du XII siècle)

 

Le Dictionnaire archéologique de la Gaule (T.1er) indique l'allée couverte de Bagneux comme l'une des plus belles de France.

 

Parmi ceux qui ont étudier l'allée couverte de Bagneux, nous devons attirer particulièrement l'attention sur M. Bousrez, archéologue tourangeau, qui lui consacre en 1897 plus de trois pages ; il tient avant tout à affirmer sa supériorité sur les autres monuments de ce genre ; il le considére comme un dolmen à vestibule recouvert autrefois d'un tumulus. (extrait A. Bousrez, l'Anjou aux âges de la pierre et du bronze - Paris Alcan - 1897)

 

Les hommes politiques ne l'ont pas dédaigné. L'un des pàlus illustres, le Président Clémenceau, y fait allusion en 1927. En raison de la notoriété de ce grand homme, il nous semble bon de le citer in extenso :

 

"Le dolmen eut besoin d'un supplément de construction pour nous donner les allées couvertes, et, même, l'admirable édifice de Saumur, habitation, citadelle ou temple, peut-être ces trois destinations à la fois. Il se pourrait très bien que le dolmen fut simplement la représentation symbolique de l'habitation humaine". (G.Clémenceau , Au soir de la Pensée. Paris, Plan, 1927)

-Extraits de "l'Allée Couverte de Bagneux - O. Desmazières - 1936)

HISTOIRE DU DOLMEN

Monument mégalithique parmi les plus importants d’Europe, le Dolmen de Bagneux se présente comme l’un des plus exceptionnels de l’ère néolithique.

 

Le Dolmen a été  classé parmi les monuments historiques en 1853 par Prosper Mérimée en personne.

 

Les dolmens et autres menhirs, contrairement aux croyances populaires, ne sont pas d’origine celtique mais néolithique. Ils sont donc bien antérieurs aux pratiques druidiques auxquelles ils sont traditionnellement associés. A l’origine, le Grand Dolmen devait être une chambre funéraire. En 1775, Dolomieu y réalisa les premières fouilles, hélas incomplètes. C’est ainsi que le portique fut détruit. Mais c’est ainsi qu’elles permirent, néanmoins, de simplement reconnaître que les fondations des supports s’enfonceraient jusqu’à 3 mètres.

 

Le premier écrivain qui ait parlé du Dolmen de Bagneux est Claude Robin, en 1764, dans ses « Remarques sur le Camp de César » Il s’exprime ainsi :

«Les pierres couvertes de Bagneux auprès de Saumur et sur le chemin de Doué… ‘embarrassent davantage et je ne sais si on doit les regarder comme un ouvrage des Romains ou des Barbares qui leur succédèrent dans les Gaules. On croit plus communément que ce sont des monuments érigés à la gloire de leurs capitaines, qui avaient été tués dans la bataille. On suppose qu’il en a été livré dans ces lieux-là. Tout ceci est assez obscur. Les Romains travaillent dans un autre goût, celui-ci paraît extraordinairement gothique ».

 

Cette allée couverte ne paraît pas avoir été décrite avant J.F. Bodin dans une première édition de ses « Recherches » en 1812. Voici ce qu’écrivait cet historien à propos de ce monument

 

                « Dans un carrefour, on trouve le Grand-Dolmen de Bagneux, le plus beau monument de ce genre qui existe dans la contrée. Son plan est un carré long d’environ 7 mètres de largeur sur 19 mètres un tiers de longueur, mesuré en dehors sur le toit. La hauteur est de 3 mètres. Il est composé de quinze pierres de grés, dont neuf posées de champs, quatre pour chaque côté et une pour le fond. Deux autres sont debout… l’une à l’entrée du dolmen sert à rétrécir l’ouverture et fermé la porte ; l’autre, placée dans l’intérieur, sert de support à la plus grand pierre du toit qui est fendue. Ce toit est composé de quatre pierres de différente largeur ; la plus grande a 7 mètres et demi de longueur sur 7 mètres de largeur. L’épaisseur de ces pierres varie depuis 10 cm jusqu’à 80. Les pierres qui forment les côtés et le fond ne sont pas posées verticalement, elles inclinent leur partie supérieure au-dedans du monument, mais celle qui est à l’entrée et celle qui sert de support sont à plomb ». (J.F. Bodin, Recherches historiques sur la ville de Saumur, ses monuments et ceux de son arrondissement)